Faire face aux traumatismes

Vivez-vous des moments de stress et de tension intenses dans votre vie? Une relation qui vous met en difficulté, une divorce qui apporte de la violence (verbale, psychique, physique, morale…), la menace du licenciement, des graves maladies qui atteignent vos proches? Avez vous vécu un événement traumatisant dans votre vie? Un décès, une agression, un accident ou un viol? Avez vous eu une expérience qui résonne encore dans votre vie? L’anniversaire de l’événement, un passage dans les lieux où tout s’est passé. Rien qu’y penser et vous vous retrouvez replongée dans les émotions vives et viscérales de l’époque où ce traumatisme a eu lieu? Le coeur bat la chamade, les mains tremblent, la respiration s’accélère – ce sont tous des signes d’un traumatisme non-digéré. Que ce soit du stress, de la tension ou du traumatisme, ce texte est pour vous…

Souvent je suis frappée par une qualité d’insouciance que j’aperçois chez les autres, parfois chez mes consœurs dans ce travail sur le Féminin. Une insouciance qui n’est, sans doute, que le produit de la faiblesse de mon imaginaire et de la force de ma projection, car ce que je crois percevoir chez les autres n’est que le reflet du manque en moi. Je bataille avec des démons, certains très anciens, certains plus récents. Les dégâts descendent jusqu’aux fondations de mon être et les fissures aux fondations remontent à travers les couches supérieures et plus récentes de ma vie. Je suis consciente que sans ce travail de fond, de nettoyage, d’assainissement, que tout ce que je fais, tout ce que je suis, continuera d’être compromis si je ne fais pas face aux sources de mes difficultés.

Depuis de nombreuses années, j’ai eu la grande chance de pratiquer l’EMDR (Mouvement oculaire désensibilisation et retraitement) avec un psychologue pour aborder certains événements traumatisants qui impactaient encore sur ma vie. Quand ma fille était hospitalisée pendant 2 mois à sa naissance avec un enjeu vital souvent présent et ensuite hospitalisée à domicile pendant 3 mois, on a diagnostiquée le syndrome de stress post-traumatique chez moi. Les mécanismes que le corps met en place pour nous protéger du danger ne s’éteignent pas quand le danger est passé. Chaque fois que ma fille toussait, je craignais qu’elle allait mourir. Quelques séances d’EMDR m’ont permis de vider ces souvenirs de leur charge puissante : je m’en souviens encore, mais des réactions post-traumatiques ne sont pas enclenchées. Pour une expérience traumatisante spécifique, l’EMDR est un outil puissant et libérateur, que je n’hésite pas à recommander.

Pourtant, tout récemment, j’ai trouvé encore mieux : le TRE, Trauma Release Exercises (Exercices pour relâcher le traumatisme) de David Berceli que j’ai découvert lors d’un stage de trois jours à Londres, le premier pas avant de pouvoir enseigner cette technique aux autres. Si le traumatisme a touché votre vie, vous saurez que peu importe le nombre de fois que vous en parlez, il résiste, perdure. Le principe des TRE est que le traumatisme reste bloqué dans le corps mais que par le biais du corps, nous pouvons arriver à le libérer. De la même manière que l’organisme humain est conçu pour vivre et endurer des épisodes traumatisantes, il est également conçu pour se remettre de ces expériences. Nous possédons tous un mécanisme naturel pour libérer le stress et la tension. Avez-vous jamais remarqué après un gros choc que vous tremblez? Quand on voit quelqu’un qui tremble comme une feuille après un accident, on a envie de les calmer, les arrêter, or ces tremblements sont la façon naturelle du corps d’évacuer et d’éliminer l’accumulation d’adrénaline. Ce sont des réactions naturelles et instinctives, qu’on voit beaucoup plus chez les enfants mais le conditionnement social fait en sorte que ces réactions s’estompent quand on grandit. Les exercices du TRE que David Berceli a conçus, ont pour objectif d’amener une douce pression aux muscles afin de stimuler ces mêmes tremblements. Initialement accompagné par un praticien de TRE, par la suite on peut continuer de pratiquer ces exercices en solo en fonction de ses besoins.

Mais sans parler des traumatismes, le technique de TRE est utile pour toute forme de stress et de tension chronique. Le sentiment de bien-être qu’on vit après ces séances de ‘tremblements’ est phénoménal. On sent une paix, un sentiment de calme, une décharge de tension, comme on peut sentir après avoir fait l’amour, ou après avoir fait de l’exercice. Avec le TRE on se préoccupe peu des mémoires qui peuvent être déclenchées par la pratique des exercices. Le praticien nous encourage sans cesse à revenir dans le corps, à revenir dans les sensations. Nous avons tellement l’habitude de vivre dans nos cerveaux que nous avons tendance à vouloir y trouver toutes nos solutions. Or la ‘solution’ à un événement qui est resté bloqué dans le corps ne se retrouve pas dans le cerveau. Le TRE permet au corps d’évacuer ce qu’il y a à évacuer.

À ‘automne, pour la première fois en France, un stage de TRE aura lieu à Lyon. Le stage sera ouvert à tous, hommes, femmes, particuliers, thérapeutes, l’occasion de découvrir un outil fabuleux qui a fait ses preuves partout dans le monde pendant plus de 25 ans. Si vous êtes intéressé par l’idée de ce stage ou vous pensez aux personnes qui pourraient l’être, faites moi signe pour que je vous tienne au courant quand les dates se précisent.

En attendant, quatre personnes auront la possibilité de découvrir ce technique gratuitement dans une séance individuelle avec moi. Si vous voulez en savoir plus, contactez moi à contact.entente@gmail.com ou par téléphone au 06 19 07 27 25 si vous avez envie de discuter.

Vous m’excuserez, mais je dois aller trembler un peu… écrire tout ça m’a donné envie!

Publicités
Cet article, publié dans Soins corporels, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Faire face aux traumatismes

  1. Caroline dit :

    J’ai envie d’ajouter mon témoignage pour avoir eu la chance de découvrir le TRE avec Jacqueline. Je cherchais justement le moyen de permettre à mon corps de s’exprimer et surtout de le libérer de traumatismes que je sentais incrustés au plus profonds de mes cellules. J’avais fait un travail aux niveaux mental et émotionnel sur ces traumatismes mais il me manquait un travail avec le corps, je le sentais. Ces exercices pour relâcher le traumatisme ont été une révélation, une libération…Et je continue à les utiliser chez moi. Les tremblements occasionnés par ces exercices sont différents selon les jours, plus ou moins amples, plus ou moins forts, accompagnés ou pas de montées d’émotions sorties « d’on ne sait où ». La constante par contre, c’est la sensation de bien-être qui s’en suit, sensation d’allègement et de souplesse du corps. Enfin un moment où mon cerveau est en veilleuse, où je n’analyse pas, où je ne cherche pas à comprendre. Etre seulement dans les sensations, sans les juger. Laisser le corps trembler à sa guise. Un beau cadeau à s’offrir…

  2. lapchin dit :

    Bonjour,
    Le stage prévu cet automne m’intéresse, je vous remercie si vous pouviez me tenir au courant. Voici mon mail : christine;lapchin@gmail.com
    Belle journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s