Se réconcilier avec le féminin

affiche_A3_webIl y a une phrase que j’entends souvent en Tente Rouge : « pour moi, le féminin, les femmes, ça n’a jamais été mon truc. » Le ton est un peu défensif, celle qui parle est à l’aise comme une gazelle à une colloque de lions. Une femme de plus qui n’a pas grandi en présence du féminin épanoui, une femme qui a vécu tout ce qui a de pire dans le féminin dénaturé. Je suis toujours impressionnée par la volonté de ces femmes de dépasser leurs histoires et de mettre le pied dans une Tente Rouge, véritable creuset chaud du féminin, même si elles ne se sentent pas à leur place.

Ces femmes-là se croient les intruses, mais c’est loin d’être le cas. Nous sommes peu nombreuses à avoir grandi avec une image positive de la femme, à avoir eu des mères épanouies et heureuses de leurs vies. Au contraire, les générations qui nous ont précédées ont vécu pour la plupart dans des mondes restreints, où leurs talents étaient cachés ou négligés, où leurs droits étaient limités et leurs espoirs bafoués. Ainsi se construit ce que je nomme le féminin dénaturé – les choix mesquins ouverts à ces femmes se traduisaient souvent dans une mesquinerie à l’encontre de tous.

Dans un prochain billet, je parlerai du cas extrême et pourtant courant des filles de mères narcissiques, des mères qui ont pu faire beaucoup de dégâts à leurs enfants. C’est mon intention de créer un groupe à distance (le miracle de Skype à plusieurs!) pour que nous cheminions ensemble dans les étapes nécessaires pour se remettre de ce genre d’éducation. Ce n’est pas encore l’heure, mais gardes un œil sur ce site!

Nous avons toutes à naître en tant que femme, apprivoiser ce féminin longtemps resté aux oubliettes. Nous avons à faire la paix avec tout ce qui a de lourd et de blessé dans nos passés et dans nos lignées. Nous avons à construire une vision nouvelle de la femme, qui lui rend le sacré qu’on lui a ôté. Nous pouvons découvrir comment un modèle féminin peut enrichir notre société, un modèle qui se repose sur la co-opération plutôt que la compétition, un modèle qui nous permet d’être leader mais aussi faillible.

« Si tout d’un coup l’on découvrait un trésor ancestral, enfoui dans un coin de la maison, ignoré par tous les membres de la famille, quelle célébration il y aurait ! De la même façon, le  pouvoir merveilleux de la femme reste endormi. » Comme le dit si bien Gandhiji, la ressource naturelle qui est la femme a sombré dans l’obscurité trop longtemps. Je t’invite à naître à toi-même, à te mettre au monde.

D’ici 18 jours le 4ème festival féminaissance aura lieu, un festival où nous fêterons la naissance de la femme. Si tu t’accordais la possibilité de te réconcilier avec le féminin, la possibilité de laisser émerger ce qui a été longtemps brimé. Et voici une idée encore plus radicale…

Cet hiver j’ai eu une révélation quand j’ai choisi d’arrêter de punir ma mère pour les erreurs qu’elle a fait dans le passé et dans l’inconscience ;  je suis allée vers elle, je l’ai offert une belle journée à Londres avec mon père. Cette journée a transformé notre relation, elle n’a pas effacé les griefs du passé mais elle m’a permis de vivre autre chose dans le présent. Et si… et si tu invitais ta mère, ta sœur, un membre de la famille, peu importe, même quelqu’un qui n’est pas dans cette démarche de conscience. Invitesz-les à passer un petit moment, à danser, à s’exprimer, à créer, à flâner tranquillement dans le Salon des Femmes. Si tu partageais cette ouverture, qu’est-ce que ça pourrait générer de nouveau dans ta vie ?…

Au passage, je te rappelle que certains ateliers se remplissent, donc vite, n’attends pas la dernière minute, surtout si tu comptes manger le samedi soir. Les inscriptions sont ouvertes, tout est sur le site. Il ne manque que toi. Et peut-être ta mère.

© Jacqueline Riquez

 

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans féminaissance, Femmes, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Se réconcilier avec le féminin

  1. kiki63 dit :

    Jacqueline,

    superbe article ! comme toujours tu as su retranscrire à merveille ce ressenti de beaucoup d’entre nous! merci encore pour tout ce que tu entreprends et organises pour célébrer notre féminin sacré! je ne pourrai malheureusement pas venir ce weekend du 1er et 2 juin j’ai mon concert annuel de chorale ce week end! je chanterai en pensant à vous mes soeurs de coeur! bisous et à bientôt christine

  2. Une belle et douce lecture matinale. Merci tout plein. (Difficile quand sa maman se trouve à l’autre bout de la planète, mais cela peut se faire d’autres manières !) Au plaisir de se voir au festival tout bientôt !
    Julie

  3. hdjeribi dit :

    je comprends parfaitement ce sentiment de ne pas en être, puisque que ça était mon parcours de ces derniers mois et de me rendre compte qu’une fois son féminin mise en place beaucoup de choses en découle et se mettent naturellement en place

  4. Mère Geek dit :

    Merci pour cette mise en confiance. Au plaisir de te revoir dans une tente rouge à Lyon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s